Partagez | 
 

 On the roof - Keith & Lazuli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 01/08/2015


MessageSujet: On the roof - Keith & Lazuli   Sam 1 Aoû - 19:03


Si il y a une chose que j'aime par dessus tout dans mes missions, c'est quand je dois me infiltrer des réceptions. Ça a un petit côté James Bond que j'aime bien. La réalité est bien différente des films, mais certaines fois la ressemblance est frappante. Toujours est il que j'étais en costume impeccablement coupé (que j'avais volé l'après-midi même chez un grand couturier anglais de Saville Row, à Londres), à boire du champagne entouré d'une foule d'inconnus. Dont une bonne partie était selon toute probabilité des trafiquants d'armes russes. Mais la salle était belle, les femmes aussi, le champagne abondant et les canapés délicieux. On m'avait dit beaucoup de mal de Moscou, mais pour l'instant tout se passait à merveille.

Malgré tout ce luxe, je n'oubliais pas ma mission. Dragomir Volkoff, le PDG de Volkoff Industries, une des plus grosses boîtes d'armement au monde. Malheureusement, sa tendance à vouloir toujours plus de profits l'avait poussé à vendre ses armes à à peu près tous les camps, et certaines personnes n'avaient pas aimé. Contrairement à ce qu'on pourrait sans doute penser, je n'étais pas la pour le tuer. Mon supérieur m'avait au contraire demandé de le protéger de tous les tueurs à gage qui étaient à ses trousses, dans l'espoir qu'il soit reconnaissant et accepté de fournir en exclusivité les États-Unis. À mes yeux, le plan comportait quelques failles, mais ça valait le coup d'être tenté. Je m'étais aussi posté sur le toit d'en face, armé d'un fusil de précision. Mieux vaut être paré à toute éventualité.

Je repérais rapidement ma cible à l'autre bout de la salle, parmi la foule des invités. Volkoff sortait rarement et cette réception donnée en son honneur était l'occasion idéale pour tenter de l'assassiner. Il était toujours encadré par deux colosses, des anciens des Spetnaz, les forces spéciales russes. Pas des tendres. En regardant dans ma lunette thermique depuis le toit d'en face, je pouvais voir qu'ils étaient équipés de pistolets dans un booster à l'épaule et de couteaux de combat glissés dans des étuis de chevilles. Les fils noirs de leurs oreillettes sortaient de leurs oreilles pour disparaître sous leurs vestes. Je rendus discrètement la foule pour me rapprocher d'eux. Volkoff était quelqu'un de prudent. Il sortait peu et toujours sous bonne garde, ne buvait rien, ne mangeait rien. Il se contentait de serrer quelques mains en affichant un sourire de façade. Soudain, toutes les lumières s'éteignirent. Sur le toit d'en face, je basculais la lunette de mon arme en vision nocturne. Une silhouette avait sorti une arme de sous son smoking. Sans me poser de questions, je fis feu dans sa direction. Dans la salle, je dégainais mon pistolet. La balle de mon fusil pulvérisa la verrière qui s'effondra sur les invités dans un grand fracas de verre brisé. J'avais raté le tueur à gage, mais le chaos qui s'ensuivit l'empêcha de tenter quoique ce soit. D'autant plus que les gardes du corps de Volkoff se jetèrent sur lui pour le protéger. Ils commencèrent à le faire sortir de la salle. Je cherchais toujours le type armé lorsque les lumières se rallumèrent. La foule me découvrit avec une arme à la main et plusieurs cris retentirent.

J'écartais les gens sans ménagement pour me frayer une sortie avant que le tueur à gage ou les gardes du corps de Volkoff ne me tirent dessus. Sur le toit, je continuais à chercher ou était  l'homme armé je finis par le repérer, une main dans sa poche qui formait une bosse en forme de pistolet. Je lui tirais dessus, en pleine poitrine. Puis je mis les voiles, abandonnant mon fusil sur le toit. Je réapparus dans la salle des armes de Fort Baxter, la base dans laquelle se trouvait mon supérieur. Je mis la main sur un fumigène qui disparut pour apparaître aussitôt en Russie, dans ma main. Les deux gardes du corps de Volkoff l'avaient évacué et me poursuivaient à présent dans les couloirs, l'arme au poing. Si ils me voyaient disparaître comme par magie, cela entraînerait pas mal de problèmes. Il fallait que je leur échappe à l'ancienne. Heureusement, le fumigène leur explosa à la figure, les enveloppant d'une épaisse fumée blanche et opaque. J'en profitais pour penser au premier endroit qui me passait par la tête et pour disparaître.

Dans la précipitation, j'avais pensé à la cour de l'école de Charles Xavier. J'avais raté mon but de quelques mètres et je m'étais retrouvé sur un toit, manquant déraper sur les tuiles glissantes. Je repris mon souffle. Dans l'ensemble, ma mission était quand même plutôt un succès. J'avais certes provoqué un beau bordel, mais Volkoff était toujours en vie. Soudain je me figeais. Un mouvement venait d'attirer mon attention. Une longue mèche de cheveux rouges ondulait dans le vent. Une silhouette féminine était déjà sur le toit avant mon arrivée. Je fis un rapide calcul mental. Il était à peu près quatre heures trente du matin quand j'avais quitté la Russie. Avec le décalage horaire, il devait être environ vingt heures trente ici. La nuit venait tout juste de tomber. L'avantage, c'est que la femme devait être une mutante elle aussi. J'engageais la conversation comme je le pouvais en s'asseyant à côté d'elle, en tailleur au bord du toit, tout en tirant un paquet de cigarettes de ma poche.


Dernière édition par J. Keith Albarn le Jeu 6 Aoû - 22:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 05/07/2015
Localisation : Entrain de lancer un regard noir quelque part!


MessageSujet: Re: On the roof - Keith & Lazuli   Dim 2 Aoû - 2:33

Le temps n'est plus aussi frais qu'avant. Non, plus du tout. Ca me manque un peu. J'aime la neige, c'est comme ça. J'aime sentir le froid, même lorsque je me glisse dans mes draps. Mais là, non. Il fait encore chaud et j'ai envie de changer d'air. Alors oui, je ne m'attarde pas a rester chez Charles Xavier. Sans façon, j'ai besoin de changement. Je vais finir par étouffer si je reste trop longtemps avec eux! Ce n'est pas dans mon caractère de m'occuper des autres. Je ne vois pas pourquoi ça changerait . En parlant d'enfant collant, le fameux boulet est venu s'excuser. Et devinez quoi? Je suis son entraîneur, tuteur? Je vais devoir lui apprendre ce que je sais, lui permettre d'utiliser ses dons. Je crois qu'ils ont oublié que je ne suis pas une mère poule. Et que je n'aime pas les autres. Mais je n'ai rien pu dire au directeur. Non! A part un «mais» après «Lazuli, nous pensons que tu en es capable et dans tous les cas, si jamais tu as besoin d'aide nous serons là...» je n'ai rien pu dire d'autre. Quand je pense que c'est a cause de lui que je me retrouve a encore boiter un peu...Calme. Reste zen Lazuli...Ne pense pas que tu es entrain de frapper ce gamin. Non, ne pense pas a ça. Sinon tu vas vouloir le faire la prochaine fois que tu le verras...Voilà. Je ne suis plus énervée. Mais vraiment, pourquoi me mettre avec celui qui a fait ça? Mais pour l'homme qui m'a recueilli je vais faire ce qu'il veut. Même si je ne promet pas la santé mentale du jeune homme après ça, je vais essayer d'y arriver.

C'est donc comme un maître que je vais devoir vivre a partir de demain. Rien que d'y penser ça m'agace. Et je suis sûre que lorsque Lavann saura ça...Il se moquera de moi. Il sait bien comment je suis avec les enfants. Surtout ceux qui ont voulu ma peau. Je vais devoir passer beaucoup de temps avec. Et je n'en ai pas envie. J'ai besoin de ma solitude. Et si jamais il force trop, je n'hésiterais pas une seconde. Il ira toucher la lune. Et je suis très sérieuse. Alors après le dîner – que j'ai passé dans ma chambre – je suis partie. J'ai d'abord fais un tour et finalement j'ai décidé de m'installer sur un toit. Et je me rends compte que Ciel me manque. J'ai pris l'habitude de passer pas mal de temps avec ces derniers temps. J'aime sa compagnie, mais rien n'a changé. J'ai toujours autant envie de le claquer. J'ouvre doucement mon paquet de cigarette. Ça me fais aussi penser a Ciel, mais je n'ai pas attendu de le connaître pour apprendre a fumer. Quand est ce que j'ai commencé déjà...Je ne sais plus trop. Mais il y a plusieurs années. C'est de temps en temps, quand je suis stressée. Je prends une bouffée et ça me soulage un peu. Mais je n'aime pas ça. Je n'aime pas le goût de cette chose. Pourtant je le fais quand même. Ces derniers temps je suis vraiment pas bien.

Malheureusement mon calme fut de courte durée. Un homme arriva vers mon coin de solitude. Qui est-ce? Je n'en ai pas la moindre idée. Il arrive et s'installe s’assoie a côté de moi. Mes yeux ont laissé la beauté de l'horizon pour se poser sur le nouveau venu. Je rêve où il me parle? Mais je ne le connais pas. Belle soirée? Elle aurait pu s'arranger si on m'avait laissé seule. «On se connaît?» Je lui demande sans pourtant arrêter de le regarder. Je parie que mes yeux lancent des éclairs. On ne change pas une Lazuli aussi facilement!

_________________

'Cause we could be Immortals, Immortals!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 01/08/2015


MessageSujet: Re: On the roof - Keith & Lazuli   Lun 3 Aoû - 0:35

Ouh, la demoiselle aux cheveux de Feu n'a pas l'air commode. En même temps, je peux comprendre que le fait d'être dérangée sur son toit par un militaire mutant qui vient de tuer un assassin russe l'ennuie. Son "On se connaît ?" semble tellement froid que si j'avais eu une bière, elle aurait gelé dans ma main. Moi qui était pourtant arrivé avec toute la sympathie dont je suis capable. En même temps, elle me regarde dans les yeux et j'ai l'impression qu'elle essaie de les transformer en rayons lasers pour me brûler la cervelle. Je dois avouer que j'ai déjà connu des débuts de discussions plus chaleureuses. Je m'éclaircis la gorge.

"Euh pas que je sache. Je ne fais que passer par hasard sur votre toit. Je m'appelle Keith et vous?"

Allez, je lui tends une perche pour tenter de sauver l'ambiance in extremis. L'école de Charles Xavier est calme et la soirée est silencieuse. C'est un endroit que je trouve plutôt sympathique. À vrai dire, quand le professeur m'avait invité à rejoindre les rangs des X Men, j'avais hésité. Il m'offrait une situation stable et en même temps plutôt intéressante. Mais mon système de valeurs est assez différent du sien et je ne pense pas que cela aurait pu marcher. En plus, l'armée garantit aussi une vie civile, sans que je sois cloîtré dans un lieu - qui même agréable n'en reste pas moins une entravé à ma liberté. Du coup j'avais refusé. Mais je suis content de voir que son projet à duré dans le temps.

"Comment va le professeur Xavier? Son école à l'air de se porter à merveille!"

En réalité, je m'en fiche un peu. Et puis je me doute que son état ne puisse pas vraiment être amélioré. Je détesteraient être en fauteuil pour le restant de mes jours. En revanche, les objectifs qu'il s'est fixés sont louables. Si j'ai eu la chance de ne pas être rejeté à cause de mes pouvoirs, beaucoup de jeunes mutants n'ont pas cette chance et se retrouvent sans endroit où dormir. Et ça ne devrait pas arriver. Le fait que Xavier les recueille et les éduque est louable. Si ça se trouve, la jeune fille aux cheveux rouges à été dans cette situation là.

En même temps, dans mon container à des centaines de kilomètres de là, je contacte supérieur pour l'informer de la réussite de la mission. Il est à peu près sur la même longueur d'ondes que moi et se moque pas mal des dégâts collateraux tant que je donne des résultats. Je m'allonge sur mon lit en mangeant des Pringles. Je pourrais rentrer directement, mais la jeune fille m'intrigue et je décide de rester encore un peu sur ce toit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 05/07/2015
Localisation : Entrain de lancer un regard noir quelque part!


MessageSujet: Re: On the roof - Keith & Lazuli   Ven 11 Sep - 18:56

Il veut mon nom...Hahaha. Qu'elle bonne blague. Je ne le lui donnerais pas. Enfin je crois. Qui est-il...Pourquoi s'est-il retrouvé sur le toit de mon école? Oh et je trouve qu'il a une drôle de tête aussi. En même temps j'ai du mal a trouver une tête normale...Regardez Lavann. Sa tête d'ange démoniaque...Je ne lui parle pas chaleureusement. Oh non, est ce que je suis encore plus glacée qu'un pot de glace? Je suis désolée pour cet homme. Il est arrivé au mauvais moment. Je veux juste du calme et un abruti déboule sur mon coin de tranquillité. Un peu plus et je l'aurais balancé par terre. « C'est ce qui me disais bien...J'aurais reconnu votre tête.» Énervée? Presque oui. «Si je te le dis tu t'en vas?» Je n'ai pas envie de te voir. Va-t-en. Laisse moi en paix. En plus du boulet que je dois désormais voir tous les jours...Il se ramène. «Non mais on peut pas avoir DEUX MINUTES un peu de paix? Sérieux j'ai fais quoi...» Il ne va rien comprendre. Mais moi ça me fais du bien de le dire.

Comment va le professeur....Pourquoi il me parle de lui? Qu'est ce qu'il nous veut. Pourquoi s'est-il arrêté justement sur le toit de l'école? Oh cher Keith, je ne pense pas que passé ici fut la meilleure des solutions. Surtout pas quand une fille comme moi se trouve dans les parages. «Il va comme un homme qui n'a plus de jambes. Sérieux vous êtes con ou quoi? C'est quoi cette question?» Je m'énerve vraiment rapidement ces temps-ci. «Oh et pour l'école? Dernièrement des mauvais mutants ont voulu enlever nos jeunes...Vous savez comment ils ont finit?» Mal. Atrocement mal. J'espère ne jamais finir comme eux. Jamais. «On les a tué pour les défendre, c'était un doux son d'entendre leurs cris pendant qu'on les tuait un par un.» Bon, je suis la seule a penser ça. Mais en vrai, je suis juste énervée. Ce n'était pas exactement plaisant. Entendre des hommes – qui en plus tentaient de vous envoyer des lames – se faire broyer au sol a une vitesse impressionnante...Et je ne parle même pas du sang que j'ai reçu sur moi.

« Dîtes moi, Monsieur Keith, qu'est ce que vous faîtes sur ce toit?» Je me méfie de lui oui. Beaucoup même. Si c'est une mauvaise réponse, il risque de périr.


_________________

'Cause we could be Immortals, Immortals!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 01/08/2015


MessageSujet: Re: On the roof - Keith & Lazuli   Dim 20 Sep - 18:11

Moi qui pensait avoir été formé à toute forme de sarcasme avec toutes mes années d'expérience dans l'armée... Je dois au moins reconnaître à cette fille qu'elle bat a plates coutures et avec une main dans le dos tous les sergents instructeurs auxquels j'ai eu affaire. En même temps, je peux comprendre qu'elle ne soit pas ravie que je débarque comme ça sur son toit sans crier gare. Mais heureusement pour elle que je ne sois pas un prof ou son père, parce que je me ferais un plaisir de lui apprendre la politesse à grands coups des méthodes musclées. Elle semble finir par se calmer.

« Dites moi, Monsieur Keith, qu'est ce que vous faites sur ce toit?»

Déjà c'est bien, le 'monsieur' à fait son apparition.

"Eh bien... Je devais tuer un type en Russie mais j'ai dû m'enfuir une fois mon coup effectué. Et je ne sais pas pourquoi, j'ai pensé à ce toit instinctivement au moment de prendre la fuite. Je l'avais trouvé sympathique quand j'avais visité l'école de Xavier."

Finalement, peut être que nous allons pouvoir discuter normalement malgré une première approche un peu catastrophique. Mon instinct de militaire reprend le dessus et je ne peux m'empêcher de poser quelques questions à la jeune fille sur l'attauqe dont elle m'a parlé.

"Dus m'en plus sur les Mauvais Mutants, même si je n'aime pas trop ce nom. Qu'est ce qui s'est passé au juste? Comment ont il réussi à trouver et à infiltrer l'école? Il y a eu des pertes? Est ce que Xavier aurait besoin d'aide pour sécuriser son périmètre à l'avenir?"

Bien que je n'ai pas accepté son offre pour enseigner ici, je n'en suis pas moins préoccupé par la sécurité des gamins qui étudient dans cette école. D'autant plus qu'elle est unique en son genre et qu'elle oeuvre pour le bien. Pas mal de ces gosses étaient traités comme des parias avant qu'ils ne rejoignent l'Institut Charles Xavier. J'ai eu la chance de ne jamais connaître cette situation et je ne peux qu'approuver ceux qui mettent tout en oeuvre pour l'éviter aux autres mutants. La solidarité est importante quand on est une minorité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: On the roof - Keith & Lazuli   

Revenir en haut Aller en bas
 
On the roof - Keith & Lazuli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Another study time with you {PV Keith}
» Randal Keith Orton.
» Lapis Lazuli, un caillou qui tue
» KEITH PARKINSON
» Lazuli • And if you're a mess, god knows what that makes me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wake Up Heroes :: Les Organismes :: Ecoles pour Jeunes Mutants :: L'école de Charles-Xavier-
Sauter vers: