Partagez | 
 

 Pauvre guitare...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 06/07/2015
Localisation : Sur le toit


MessageSujet: Pauvre guitare...   Mer 8 Juil - 16:57

« Je suis devant le portail. », je murmure lentement à l'intention de mon micro, « Okay, tu devrais pouvoir rentrer par une des fenêtres du toit. Fait attention à toi Cielou, » Surpris, je manque de lâcher ma prise et de me ramasser sur le sol, « Appelles moi comme ça encore une fois, et je te brûle vivant. » dis-je en finissant de grimper sur ce toit. Il fait nuit, personne ne peut me voir, et au cas où on a crût bon de me fringuer en noir pour que je me fonde dans le décor. « Rooh, soit pas si dur mon p'tit Cielichou adorée d'amour de tout mon cœur, souviens toi : on est une équipe ! Pour toujours, jusqu'à la mort, la super team quoi ! » Un grincement de dent sonore se fait entendre du côté de la base du Troisième. En retour, j'écoute des étouffements de rire dans mes écouteurs. Ça les amuses ? Je m'accroupis sur le toit, et me penche sur le bord pour découvrir une fenêtre. Je me redresse et sort mon matériel. Une équipe ? On va vérifier ça. « Vous me dîtes qui à eu l'idée de me provoquer, et quand je reviens, je lui mets la tête au carré. Sinon je vous massacre tout les deux. » La réponse ne devrait pas trop...« C'EST LUI ! » Je tique et retire un écouteur, ces imbéciles viennent de me percer les tympans. « Ouais, ton équipe soudée comme les doigts de la main tout ça. » Alors que j'écoute les supplications du type 'Naan pitié Ciel c'est pas moi j'te jure !' ou 'QUOI ? Quel mytho, fait moi confiance Ciel j'aurai jamais osé !' 'Cieeeeeel steuplaiiiiit' 'Hey on est meilleur pote non ?' 'S'tu veux j'le frappe pour toi ! (pour prouver mon innocence)', je pose le découpeur de verre sur le carreau de la fenêtre, fait mon travail, remballe le matos dans le sac et me glisse dans la pièce. J'l'aurai bien défoncée cette fenêtre, mais voyez vous, on m'a demandé de jouer au cambrioleur cette fois. J'ai bien dit que c'était pas ma spécialité, mais les deux imbéciles de l'autre côté du micro en train de se foutre entre eux sur la gueule on tellement insisté... « J'ai fait mon choix les têtes de nœuds, vous m'avez convaincu, j'vous enterre tout les deux demain... après vous avoir torturé, décapité, et bien doucement pour que vous le sentiez bien. » Bref, je suis vraiment trop gentil. Un sourire amusé se tire sur mes lèvres à l'écoute de leur hurlements hystériques, et venant à la suite d'autre supplications etc... Bon, maintenant que je suis rentré, il va falloir que je 'convainc' un mutant de me suivre. Un tueur à gages, qui fait un boulot de cambrioleur, et qui finalement doit faire un kidnapping. Bordel, je suis jamais tombé aussi bas. Mais bref, on a besoin de ce mutant. Je sort un gun spécial de son fourreau et vise la tête sortante du lit en face de moi. Ça ne va pas la tuer, juste l'endormir un peu plus pour que je puisse la transporter au QG sans supporter encore d'autre hurlement (je vise personne). Regardant d'un œil au viseur, je remarque un détail qui me fait baisser mon fusil. Je le rengaine et croise les bras. Elle est déjà réveillée. « Bonsoir ma belle, t'as fait un cauchemar ? » J'allume la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 05/07/2015
Localisation : Entrain de lancer un regard noir quelque part!


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Mer 8 Juil - 16:59

La journée avait été longue. Quand je vous dis longue, c'était très très longue. Deux abrutis s'étaient amusés a me draguer, puis a aller embêter une petite nouvelle. Ils ne devaient pas être plus âges d'une quinzaine d'année. Et pourtant, déjà a cette période c'est idiot. J'ai du jouer a la babysitting, m'occuper de la nouvelle et emmener les deux lourds au directeur. Puis après m'être occupée de ce petit soucis, j'ai eu mon entraînement quotidien. Vous savez, celui où on doit se battre contre un monstre appeler Logan. Ou un autre, mais les «grands». Les plus expérimentés de notre école, ceux qu'on suit et a qui on obéis. J'ai nommé, les vieux des X-mens. Contre toute attente, depuis quelques années ils accueillent des nouvelles recrues. J'ai fais parti des premières a les rejoindre. Je me rappelle encore de ma première fois sur le terrain, j'étais terrorisée. Mais j'ai très vite appris. J'ai su apprendre a réagir plus vite face a l'ennemi, de protéger les autres et aussi quelques coups secret si on se retrouve dans l'incapacité a utiliser ses pouvoir. Je sais parfaitement frappé là où ça fait mal. Très mal...J'ai déjà frappé un de mes coéquipiers là. Il avait fait une remarque déplaisante a mon égard, parlant comme si je n'étais pas là et que je servais a rien. Je me suis approchée de lui et j'ai donné un coup de genou bien placé. Bon d'accord, pendant plusieurs semaines il me regardait comme si j'étais un monstre, certes, il a voulu se venger, aussi oui. Mais bon, désormais, quand on me parle, on me parle. Je ne reste plus a l'écart, même si je ne souhaite pas recommencer ça, si je dois le faire, je le ferais. Et sans hésiter, ami ou pas. Après cet entraînement où j'ai faillit avoir la cage thoracique brisée et des côtes cassées ( non je ne dirais pas ce que j'ai reçu a une vitesse impressionnante, ce serait trop leur faire plaisir ) , j'ai eu mes cours. Et oui, j'ai beau avoir vingt ans, être une X-men, avoir plusieurs heures de sport journaliers, je reste néanmoins une étudiante. Bon, je n'ai plus les mêmes cours que les autres. Étant plus vielle, j'ai passé l'âge des équations et des cours de latin. Ca serait trop facile sinon...Mais Charles-Xavier tiens a ce que nous continuons d'apprendre. Enfin, dans un an si je le souhaite je pourrais devenir professeur. Pour le moment je ne sais pas, je me sens pas prête. Et ça dépend si je veux partir d'ici ou non. Après les cours? L'instant que je préfère, enfin avant ça...le moment où je peux enfin faire de la guitare. Je suis seule dans ma chambre, étant souvent en missions, puis l'une des plus âgées, je suis donc avec cet avantage. La chambre? Elle ressemble a une chambre banale, avec mes deux guitares, un bureau et quelques posters. Mais comme je le dis, j'y vais pas souvent. Il n'empêche que je l'aime quand même. Je passe donc plusieurs heures dans ma chambre, attendant seulement que le soleil aille se coucher pour monter sur le toit. Ouais, je sais bien, on me le dit souvent «Tu montes sur les toits? Mais c'est dangereux!» ou alors «Tu attends qui là-bas? Ton prince charmant?» Et j'en passe. Qu'est ce que les gens sont bêtes des fois...En quoi ça les regarde si j'aime admirer le soleil se coucher. Les étoiles arrivées...Généralement, j'attends comme ça jusqu'à l'heure du repas. J'aime la solitude, je pense que c'est ça que les autres ne comprennent pas. Je n'ai pas toujours besoin d'être entourée, j'ai besoin du calme aussi. Je crois que si je n'avais pas cet instant chaque jour...J'aurais finis par tuer quelqu'un. J'en suis navrée, sincèrement, mais je pense que j'aurais finis par craquer. C'est comme si je vivais dans une grande famille, d'un nombre incroyable...Et que certains...Bref, vous avez compris. Si j'étais pas un peu calme j'en aurais noyé plus d'un.

Voilà, Morphée est passé. Je me suis endormie, enfin je m'étais. J'ai le sommeil léger, quand on s'approche de moi quand je dors, je me réveille automatiquement. Je ne sais pas ce qui me gêne ou quoi, mais a peine on fait un pas près de moi que je me retrouve assise les yeux ouverts. C'est ce qui se passe là. Je pense qu'ils ont du essayé d'être discret, mais vraiment, c'était raté. Mais là, je le vois, de un, il me dit « ma belle » y en a qui ont goutté mon point pour moins que ça et ensuite il allume la lumière, je suis pas vêtue pour accueillir qui que ce soit ici. « Ouais, j'ai cauchemardé que y avait un pervers qui se ramenait dans ma chambre. A ce que je vois j'avais vu juste.» Je me redresse doucement, le lâchant pas du regard. Et je prends ce qui me vient sous la main...C'est a dire ma guitare et je l'abat sur lui. Je suis comme ça moi, quand on me cherche, on me trouve...Je crois que le fait qu'il soit entré dans ma chambre et qu'il m'ai appelé comme ça, ça m'a mis en rogne.

_________________

'Cause we could be Immortals, Immortals!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 06/07/2015
Localisation : Sur le toit


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Mer 8 Juil - 18:03

Après ma première phrase, je peux vous dire que dans le micro ça s'est tut directement. Enfin, le genre de silence qui dure trois secondes avant que j'entende la voix d'un idiot hurler : « WOOOOOOOOOOOOO POPOPO CIEL, commence pas à draguer mec on a pas l'temps ! » Je soupire d'un air résigné, rien que pour eux, j'ai déjà mal. « Ouais, j'ai cauchemardé qu'il y avait un pervers qui se ramenait dans ma chambre. » J'hausse les sourcils, et remet les écouteurs que j'avais enlevé (parce que l'ouïe est un sens important et que j'allai le perdre), « Bah tient, bonne nouvelle les gars, ont est tombés sur une qu'à du répondant. » C'est alors que je remarque une guitare foncer droit sur moi, pur réflexe, je serre les poings  et me protège avec mes avant bras. J'observe les morceaux de bois tomber par terre, tandis que je me met en position de défense. Une partie de moi ne peut s'empêcher de fixer l'instrument bousillé, je lance un regard à la rouge l'air de dire 'Ah bravo, vraiment très malin,'. Quand j'entends (hé oui...encore.) une voix dans mon écouteur réagir immédiatement au bruit qu'à fait la guitare fracassée. « Et ben ça commences déjà ? Tu perds pas de temps on dirai, s'pèce de tombeur. Elle à pas quinze piges au moins ? » Facepalm. Désolé, mais là je pouvais vraiment pas faire autrement. « Putain les gars sérieusement ?! » Allez dans le fond tu les aimes... (dit ma conscience), hein que tu les aimes ? « Vous avez intérêt à apprendre à courir vite, très, très vite. Parce que je vous jure que c'est finis pour vous. » Je vais leur faire la misère, une leçon de respect façon Lavann. Promis, juré, craché.

J'en reviens à la jeune fille. « Y'a moyen qu'on discute calmement ? » « Heu, venant de toi ça fait bizarre Cielou... » Je vais briser leur os un par un. Je ne sais pas quoi faire avec cette mutante, mais je sais une chose, c'est que je suis un homme mort si elle continue à jouer l'hystérique. J'ouvre la fenêtre, je n'aime pas la chaleur qu'il commence à y avoir ici, puis c'est en croisant du regard la lune que je trouve une idée, une idée plutôt plaisante...Un sourire se trace sur mes lèvres. « On peut régler ça sur le toit ? » Je me tourne vers elle, déjà ça fera beaucoup moins de bruit, ensuite moi et les hauteurs... tout le monde le sait. « Tu sais mon ange, toi et les hauteurs... Faudrait peut être que t'aille voir un psy non ? Enfin bon, reste comme tu es Cielou mon cœur, je t'aime comme ça. » Si je me rappelle bien, si je suis ici à calmer une mutante en colère c'est pourquoi déjà ? « Valshe ? » « Oui trésor ? » Ah oui, parce que je suis trop gentil. « Quand je rentrerais, je te montrerais la longueur de tes viscères. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 05/07/2015
Localisation : Entrain de lancer un regard noir quelque part!


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Mer 8 Juil - 18:13

Ce...Cet homme est entrain de parler a je ne sais qui. Je suppose qu'ils ne sont pas loin. Je jette des regards un peu partout, dans un miroir, qui reflète les toits extérieurs. Ma chambre est organisée comme ça oui, mais ça, personne le sait. Et ouais, dommage pour lui, je ne suis pas l'une de ces personnes a ne rien dire. A se laisser faire...Je serais plus a lui sauté au visage, ou alors a sauter par la fenêtre et a me faire léviter. Je ne lui réponds pas, j'attrape ma guitare et l'abat sur lui...Ah ma pauvre guitare, elle était neuve en plus. Je l'ai changé y a deux mois, la dernière...Elle s'est abattue malheureusement sur un gamin qui était rentré dans ma chambre. Enfin un gamin, presque dix-huit ans. Ca reste un nain pour moi. Ce qui m'étonne, c'est que comparé a lui, le cambrioleur a des bons réflexes. Rien qu'a ça, je peux présumé qu'il a subit un entraînement spécial et qu'il est doué. Puis vu qu'il est le seul a être venu sur le terrain, je peux en conclure que c'est l'un des meilleurs éléments de son groupe. Va vraiment falloir que je remercie la personne qui nous apprends ça, vraiment, je le fais jamais. Mais je sais a présent que ça sert. Son regard est lourd de reproche...Bha quoi...J'aurais préféré ne pas casser ma guitare pour un gars comme lui, mais je ne dis rien. Je le regarde juste parler a son écouteur? On a le même genre quand on part en mission, mais vu que généralement je n'entends rien a ce que l'on me dit, vu que le je me retrouve dans les airs. Tiens, sa menace...J'aurais pu la sortir aussi. A quelqu'un qui m'aurait cherché, ou alors qui aurait embêté quelqu'un que j'aime...Mais vu que je ne suis pas très attachée a beaucoup de monde. A personne d'ailleurs, certes, je les apprécient certains, j'ai quelques affinités, mais sans plus. Je suis seule, depuis qu'il est partit dans l'autre monde. Seule face aux autres, seule face a mes tourments. Ah...Mais la vie est comme ça. Je dois faire avec, c'est bien ce que je fais depuis des années.

Qu'on discute calmement? Ça peut se faire, je ne lui réponds pas, parce que oui, il parle encore aux autres. Et en plus de ça il ouvre la fenêtre, j'ai envie de lui demander pour qu'il il se prends vu que c'est chez moi ici, mais un peu d'air frais ça fait du bien. Mais c'est quand il me parle du toit, que j'ai envie de sourire. Mais je laisse rien paraître, je me lève doucement de mon lit, faisant attention a ne pas le perdre des yeux. Il serait dommage de devoir l'écraser plusieurs fois au sol violemment. J'attrape une veste en jean que je trouve sous la main. Quand je vous dis que je n'étais pas en tenue adéquate pour recevoir du monde. Et encore moins un pervers. Alors que je me prépare il continue a parler a je ne sais qui...Pourquoi il parle de viscères? Malgré moi, j'en souris. C'est une drôle de manière de parler quand même...Surtout, que je sais qu'il peut être sérieux. Si il est capable de s'introduire dans la chambre d'un mutant, dans une école remplie de mutants réputés dans le monde, avec les meilleurs éléments, c'est qu'il doit être sérieux. Et puis il ne suffirait seulement que je cri un peu pour qu'on m'entendent. Il y a des élèves a l'ouïe très très sensible. A savoir si ils ne m'ont pas déjà entendu avec ma guitare. « La longueur de ses viscères? Sérieusement?» Je lui jette un regard, vers son écouteur. «A mon avis il n'a pas beaucoup de tripes ton coéquipiers. Sinon c'est lui qui serait venu me chercher.» Et sans lui laisser répliquer, je passe par la fenêtre.



_________________

'Cause we could be Immortals, Immortals!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 06/07/2015
Localisation : Sur le toit


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Mer 8 Juil - 18:16

Tandis qu'elle se glisse par la fenêtre, je rit, me foutant littéralement de la gueule de Valshe. Je devine ce dernier, en train de grincer des dents. « T'as entendu ça ? T'as pas de tripes ! Brr, dit par une fille en plus, je suppose que pour un gentlemen comme toi c'est le grand déshonneur, non ? » J'entends quelqu'un pouffer de l'autre côté du micro, et réagir au quart de tour, un coup de fusil. Une vrai équipe hein ? Aussi susceptible que moi ce Valshe. N'empêche que c'est l'équipe de nettoyage qui va être contente maintenant. L'équipe de nettoyage qu'on appelle aussi les stagiaires. Je passe par la fenêtre et grimpe dans ce paradis que sont les hauteurs. J'y retrouve la mutante, c'est visiblement pas la première fois qu'elle monte ici. Je m'allume une clope et crache la fumée, bon, on va commencer par quoi ? « Lazuli Dekka Ellison, c'est ça ? Mutante née au Japon, intégrante des X-MENS,  possède la mutation particulièrement intéressante du contrôle de la Gravité. Pas mauvais. » Et c'est là que j'entends une protestation dans mon écouteur. « Héééé ! Attends, je me défonce TOUT LES JOURS pour le Troisième, je me fais une SUPER place et tout, et tu m'as jamais accordé UN SEUL compliment ! Bordel Ciel ! Même un petit 'Bienvenu l'ami' ça m'aurai suffit ! » « Peut-être, mais t'as pas de tripes... » Je m'assois sur le toit, m'allumant une nouvelle clope, je relève la tête et regarde les étoiles. Comme hier, comme avant-hier, comme depuis toujours. Je les regardes toujours, la nuit, le jour, le ciel m'appartient depuis si longtemps... Soudainement je parviens à trouver l'inspiration. « Je suis le Chasseur de Tête, l'autre crétin qui me perce les tympans depuis deux heures c'est Valshe, et l'autre qui s'est fait plombé le crâne c'était Vince. En principe je dois te trimballer au QG, parce que ta mutation nous intéresse. Avant que tu ne demandes, j'ai pas demandés aux scientifiques leurs protocoles d'expérience alors je ne peux rien te garantir. ». « Pourquoi tu te casses la gueule à lui dire tout ça ? Tu l'endors, tu la traîne ici, tu m'laisse faire mon boulot et c'est finis t'a le diplôme de cambrioleur / kidnappeur à rajouter en plus sur le cv ! » Oui c'est vrai, pourquoi ? Peut être parce que j'aime pas suivre les ordres ? Quelle question. En fait, je n'aurai jamais du accepter cette mission. Voilà ce que ça me rapporte d'être 'sympa'. « C'est l'heure de dormir Valshe, code vautour, la mission est terminée. » Je retire mes écouteurs à temps pour éviter ses protestations indignées. Après tout, je suis le lieutenant du Troisième non ? Alors voilà, je fais ce que je veux. Heureux d'échapper enfin à cet équipier surexcité, je coupe également le micro et m'en débarrasse. « Tu peux oublier ce que j'ai dit, ça n'as plus d'importance. » Je ferme le sac et le pose à côté de moi. Regardant de nouveau les astres, je baisse finalement mon regard sur la mutante. Peut être que je vais rester un peu sur ce toit finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 05/07/2015
Localisation : Entrain de lancer un regard noir quelque part!


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Mer 8 Juil - 18:17

Je le laisse faire ce qu'il a faire. Mais je ne suis pas dupe, on est pas là pour parler d'un anniversaire surprise ou quelque chose du genre, non. Ils s'intéressent sans doute a mon don, moi, la personne qui maîtrisent la graviter...Enfin, maîtriser c'est un grand mot. Je dirais plutôt celle qui essaye de contrôler un minimum la gravité. C'est mieux que rien. En montant sur le toit, je fais attention de ne pas tomber. Pied nus, ce n'est pas toujours simple de grimper ici. J'évite de faire trop de bruit, restant encore silencieuse. Quand il me rejoint, je le regarde même plus. Si il le voulait il pourrait m'égorger d'un coup, depuis quelques temps déjà. Alors bon, ça ne sert a rien d'essayer de se défendre pour l'instant. Je dis bien pour l'instant, car si il essaye de me toucher, rien qu'une petite secousse de l'établissement et je réveille tout le monde. Y compris les chiens de garde. La lumière du feu de de sa cigarette vient troubler la vue des étoiles, mais ça n'en reste pas moins joli. Mais par pitié, si ça pouvait puer moins fort! C'est pas ça, mais je trouve ça si peu agréable. Et je me retiens de lui dire que c'est une air non-fumeur. Ce serait ironique de le lui dire après tout, il se fiche bien de ce qui est interdit ou non. La preuve, il est rentré par effraction dans la chambre d'une jeune femme endormie. C'est alors qu'il se met a parler, brisant les quelques minutes de silence qui s'étaient installée. Alors j'avais donc raison, il savait presque tout de moi. Enfin, seulement les bases. Mon pouvoir les intéresse...Bien, ça va être génial dis donc. Pour me retrouver comme un cobaye non merci, puis je préférerais me tuer avant que ça n'arrive. Je pourrais très bien sauté deu toit et me rompre le cou. Oui je pourrais...Mais je fais rien je l'écoute juste, en regardant les étoiles. C'est seulement quand il parle de nouveau avec son ami, qu'un petit rire s'échappe. Je me demande bien ce qu'il a pu lui dire, mais c'était une bonne réplique. Et puis il se met a parler...Et je l'écoute jusqu'au bout, me disant intérieurement que j'avais raison. Et que sérieusement, ce Valshe c'est bel et bien une gonzesse. Mais monsieur le chasseur de Tête a de l'humour, donc encore je trouve que ça dédramatise la situation. Code Vautour? Je trouve ça assez déplacé comme code...Mais on y peut rien, ce sont bien des charognards. Mais le fait qu'il coupe toute communication avec lui...Soit il est vraiment un tueur hors paire, soit il veut juste montrer qu'il peut faire ce qu'il veut. A mon avis, les deux son appropriés. Il ne semble pas si méchant que ça...Bon, Lazuli, ressaisie-toi. C'est pas parce qu'il a fait un peu d'humour qu'il va pas t’emmener. Enfin si il y arrive. Je crois que si il tente quoique ce soit, je saute du toit...Le laissant planter là. «Comment ça plus d'importance?» C'est seulement a ce moment là que je me tourne un peu vers lui. Le regardant, pardon,sans doute suis-je entrain de le fixer. «Tu t'es bien renseignée sur moi et désolée, si je ne te vouvoie pas, mais quand je me sais en danger j'en oublie toute les manières.» Je me relève faisant quelques pas, je crois, que c'est la première fois que j'aimerais bien voler. Ouais, ça me prends comme ça, sans doute a cause de ce ciel étoilé qui s'étend sous nos yeux. « Vu que tu connais mon nom complet, chasseur de Tête, pourrais-je savoir a qui j'ai a faire? Sinon je vais te surnommer pervers tout le long, je te préviens.» Je suis sérieuse, j'ai juste une veste en plus, mais sinon j'ai toujours ma nuisette de soie sur le dos. «Tu sais...Si tu comptes m’emmener, je me laisserais pas faire. Même si tu appelles des renforts, je vous enverrais toucher les étoiles pour moi.» Je suis encore sur la défensive, j'ai des plans de secours en tête, quoi de plus normal?









_________________

'Cause we could be Immortals, Immortals!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 06/07/2015
Localisation : Sur le toit


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Mer 8 Juil - 18:31

Code Vautour. La traduction littérale c'est plus ou moins ça : On laisse tomber, y'a plus rien à ronger dans la carcasse. Dans le cas présent, ça se traduit par le fait que j'ai changé d'idée... ou peut être que j'en ais complètement rien à foutre de cette mission.
Je soutiens le regard de la mutante et tire un léger sourire, « Ça veut dire que ce que je viens de te dire ne te servira plus. » Si je me suis bien renseignée sur elle ? Voyons, je me serai fait couper la tête par les Lavann si j'oubliais cette étape si importante. Avant d'enlever quelqu'un, c'est le minimum à savoir.
C'est alors qu'elle me demande mon identité. J'évalue rapidement si la décliner poserai un quelconque problème plus tard... Personne ne pourra remonter jusqu'au Lavann, ça fait déjà ça en moins... Ensuite, le seul problème serait que l'Etat Américain, et le S.H.I.E.L.D me pensent mort par suicide depuis deux an. Mais à priori, les relations entre les mutants et 'le reste' étant plutôt tendues, alors il y a peu de chances que a) elle me dénonce b) le SHIELD la croie. Et puis j'admets que me coltiner l'appellation 'pervers' ça me tente pas, et c'est maintenant que je remarque qu'elle à de la chance qu'il fasse chaud dans le cas contraire, elle se gèlerai bien ici. Si Valshe avait eu les tripes de se ramener ici, je suppose qu'à ma place il aurait proposé sa veste à la mutante parce monsieur V. Lavann à hérité des bonnes manières du grand-père. Mais non, le frangin à décidé de jouer au flemmard, et il le paie bien maintenant.
« Ciel Xerxes Lavann, ça ne t'emmènera pas loin de le savoir. » Puis enfin, j'ai le droit à un avertissement de sa part. Toucher les étoiles... Si tu savais comme ça me tente.
Je lève les mains pour montrer qu'il n'y a pas d'entourloupes (après je suis pas sûre que ça compte vraiment, étant donné que je suis plus ou moins mieux armé que les soldats des USA, -je dit ça , je dit rien-). « Non, personne n'est caché nul part pour t'enlever par surprise. » Je sais que je n'ai plus beaucoup de temps, je sais que Valshe vient de lancer le compte à rebours, je sais que sous ses airs de gamin imbécile et totalement dénué d'intelligence, il connais sur le bout des doigts la science, les meurtres, et surtout les protocoles du Troisième. Alors je sais que si, d'ici trois minutes, je ne donne pas signe de vie, mon frère sort l'arsenal. Ne vous y trompez pas, on est loin d'être des gens qui s'attachent chez moi, mais (même si on s’entre-tue littéralement, et que j'ai déjà du enterrer mes cousins), la famille c'est 'sacré'. C'est un peu comme une balise de signalisation, on né Lavann, on né seul, mais y'a au moins ça pour nous consoler.
Pour éviter donc un bain de sang inutile (non pas que ça me déplaise), je recontacte mon équipier aux humeurs sombres. « Bordel de merde Ciel tu nous à fait quoi avec ce code vautour ? J'ai crus que t'étais dans une situation critique ! Puis coupes pas ton micro à tes humeurs comme ça putain ! » Sa voix tremble de rage, et est devenue nettement plus sérieuse. C'est incroyable, en deux minutes il à réussit à devenir aussi tendu que si j'étais enfermé dans une cage avec des lions. « Je te manquerai trop c'est ça ? Rêve pas trop, je t'ai promis une belle séance de torture, et tu va y goûter. Annule le branles-bas de combat, j'ai le contrôle, je rentre dans quelques 'temps' m'attends pas. » Voilà, au moins ça c'est fait.
Je m'assois sur le bord du toit et regarde en bas, comparé aux immeubles de Manhattan, ça semble ridiculement bas... Mais ici l'air est pur, et je n'entends pas le bruit incessant des voitures. « Dis-moi, pourquoi tu n'alerte pas l'école ? » C'est pas que je suis pressé hein, mais ma mère va m'tuer si j'arrive encore en retard pour manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 05/07/2015
Localisation : Entrain de lancer un regard noir quelque part!


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Mer 8 Juil - 19:04

Soit il me prends pour une idiote, soit il fait exprès. Je pense qu'un peu des deux seraient la vérité. Il n'a jamais appris qu'on parlait correctement aux inconnus? Bon, je vais rien dire, vu que je l'ai tutoyer. Je sais pas mais il m'agace, comme il m'amuse. Et si il m'amuse, c'est que je suis vraiment folle...Il est un peu venu pour me kidnapper normalement. J'ignore pourquoi je suis là, sur le toit avec ce lieutenant d'un camp adverse. Pardon, ennemi. Des personnes qui n'hésitent pas a tuer n'importe qui. Des êtres barbares et qui en plus, entrent par effraction dans les chambres des gens. Oui, normalement je devrais me battre ou alors fuir. Mais je suppose que c'est parce qu'a mon avis il est fort. Enfin, ça, pas la peine d'être devin pour le savoir. Si c'est lui et pas un autre abruti qui se charge de cette mission, c'est qu'a mon avis il est pas mauvais. Ou alors c'est juste parce que c'est coéquipiers ont envie de rigoler. Et franchement, cette possibilité semble ridicule. «Merci monsieur le génie.» Je lève les yeux aux ciel, sérieusement, il me prends pour une gamine. J'ai envie d'être seule, e fait d'être avec quelqu'un me gêne actuellement, j'ai envie de m'évader...Je pense que je pourrais essayer de sauter du toit, mais ne l'ayant jamais fais je ne peux pas garantir de ma survie. Mais bon, il y a un début a tout, non? Son prénom...C'est ça qui m'a marqué dans son nom. Je le trouve très beau. Et son second prénom est le même qu'un grand conquérant, ça ne fait qu’accentuer ce que je pense. Ce gars a mon avis, est doué. Donc autant laissé tomber une bonne fois pour toute l'hypothèse que ce serait ses amis qui l'auraient envoyé là juste pour se marrer. « Hm...Moi je trouve que c'est une bonne chose de savoir ça, c'est toujours mieux que t'appelles Ciel ou Lavann, que pervers, tu penses pas?» Je ne dis rien sur le fait que je trouve son prénom, vraiment beau et agréable. Vaut mieux que je me taise là dessus. Il m'affirme que personne n'est caché nul part, je le croit pas vraiment, mais en même temps, si il est si doué que ça...Il n'a besoin de personne pour se défendre. Donc cruel dilemme, le croire ou ne pas le croire? Telle est la question. Pendant mon silence il en profite pour recontacter son coéquipier. Je n'y prête pas vraiment attention, c'est sa vie après tout. Mais de toutes façons, de là où je suis j'entends tout, nul besoin de se voiler la face. Comment ça, il a le contrôle? Bon, finalement je vais devoir me battre contre lui. Super, avec un peu de chances je réveillerais pas toute l'école. «Le gars qui a pas de tripes,c'est ton frère?» Waouh je pose vraiment ce genre de questions? Je crois bien oui. A mon avis c'est son frère...Je pense que j'aurais dis le même genre de choses si j'en avais eu un. A la place j'ai eu deux parents non-aimant et un professeur comme nouveau tuteur. Elle est belle ma vie. Pourquoi je n'alerte pas l'école...Je l'ignore moi-même. Il suffirait d'une minuscule secousse pour qu'ils savent qu'un psychopathe essaye d’enlever une élève. A mon avis, si Charles-Xavier est présent dans l'établissement...il doit le savoir. Et il attend seulement le moment propice. L'avantage quand tu as un professeur comme lui c'est que tu apprends a le connaître. Lui et ses dons incroyables. Je sais aussi, qu'il nous considère comme des membres de sa famille. Je dois sans doute être l'adolescente chieuse pour lui. Ou autre chose, je sais pas trop. «Quoi? T'aimerais faire un massacre?» Je ne veux pas les voir mourir, d'accord je connais pas la moitié des élèves, mais c'est quand même ma seconde maison. «Tu as le choix entres plusieurs possibilités, soit je ne veux pas me faire remarquer. Soit je refuse qu'on me vienne en aide, soit j'ai juste envie de me charger de toi seule, soit je suis trop curieuse aussi.» Je me suis radoucie un peu, par rapport a la phrase précédente. C'est intéressant. «Je suppose que si jamais je les réveillais, tu appellerais du renfort et les gamins, n'étant pas prêt a ce genre de choses mourront pratiquement tous. Même si certains sont idiots et méchants, ils ne méritent pas ça.». Je suppose que j'étais allée trop fort la fois où j'ai écrasé ces enfants contre le sol, quand ils m'avaient jetté des pierres. Bizarrement suite a cet incident, j'ai toujours eu peur des pierres. Enfin, j'ai souvent cauchemardé qu'on m'en jetais souvent. Et s'en prendre chaque nuit dans la figure, c'est pas toujours sympa.

_________________

'Cause we could be Immortals, Immortals!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 06/07/2015
Localisation : Sur le toit


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Jeu 9 Juil - 21:09

Moi ? Un génie ? Je vois qu'elle à appris à se faire des amis, juste le ton ironique qui reste à corriger. « De rien mademoiselle, toujours un plaisir. » Sa seconde réplique me pousse à me d'abord me demander si c'était vraiment une bonne idée de lui donner ma véritable identité, et ensuite à bien être sûr que personne ne puisse remonter jusqu'aux véritables Lavann. C'est pas que j'aime me prendre la tête, mais j'imagine sans problème les conséquences de ça aurait si ça venait à venir... En parlant de conséquence, ma conscience me hurle en ce moment de foutre le camp d'ici, non non c'est pas parce que j'ai pas envie d'inquiéter mon frangin, mais bien parce que c'est loin d'être un terrain sûr. Il y a combien de mutant ici ? 100 ? 150 ? 200 ? Très dur à estimer, d'autant plus que leur mutation n'étant pas encore toutes recensées, si Ellison venait à réveiller tout ce beau monde, ce serai la foire. Une véritable fête surprise, moi obligé d'improviser en fonction des pouvoirs et des capacités de mes ennemis, autrement dit, je suis peut être prétentieux mais la mission était juste de ramener un mutant, pas d'en tuer des masses pour essayer de survivre (et le verbe essayer est bien juste, je ne sous-estime jamais les personnes). Une autre équipe était chargée de tenir éloignés les mutants les plus dangereux, on a jugé que j'aurai pas vraiment les moyens de décapiter un mec qui se régénère et qui possède un squelette en adamantium, pendant que des dizaines de mutants me fondes dessus...
La question de la mutante me surprend, c'est pas le fait qu'elle est devinée, mais le mot. 'C'est ton frère ?' Frère. Frère. Je ne sais pas, j'ai l'impression de faire un blocage dessus.

« CIEEEEEEL !» J'ouvre les yeux brusquement, perdu et déboussolé. J'allais attraper le revolver sous mon oreiller quand mes souvenirs me reviennent. Je suis à la maison, au manoir Lavann, je ne risque rien. Je replace l'arme à sa place, et dans le même geste repose ma tête sur le lit. Je ferme les yeux, tout va bien, je peux pioncer tranquille. « CIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEL ! » Un grognement de fauve s'échappe de ma gorge, une sorte d'avertissement. J'écoute des petits pas précipités se précipiter vers la porte de ma chambre, et s'arrêter devant. J'entends le grincement des charnières, et je devine la petite tête blonde de Valshe se glisser dans l'entrée. « Alors, alors ? Toujours pas de barbe papy ? » J'ouvre les yeux, « De quoi tu parles sale môme ? » Mon petit frère se rapproche de mon lit et (comme ce crétin est encore trop petit, où p'têtre que c'est mon lit qu'est trop haut), il se met sur la pointe des pieds pour me voir. J'observe avec satisfaction sa grande déception, le petit blondinet remarque que non, la barbe ça viens pas d'un jour à l'autre (ses idéaux s'effondrent). Je referme les yeux, sa petite voix aiguë va venir me transpercer les oreilles. « Ah mince... T'as peut être du retard ? Au fait, on est le 13 Octobre ! Alors alors, c'est comment d'avoir onze ans ?! Ça va toujours hein dit ?! » Je me demande comment j'étais quand j'avais 6 ans. J'espère pas comme ça. Je lui tourne le dos, « Ça allait bien, puis t'es venu. » Je fous ma tête sous l'oreiller, le métal froid de mon revolver venant coller mon oreille. Un peu de silence ça fait du bien. Alors je sens le lit bouger un tout petit peu, qu'est ce que Valshe fabrique encore ? C'est alors que je comprends qu'il est grimpé sur le matelas. Je ne dit rien, tant qu'il ne fait pas de bruit, ça me va. Puis ce crétin se met à sauter sur mon lit, il saute en chantonnant innocemment. « Dégage de là Valshe, va faire chier tes sœurs plutôt. » « NAAN ! Tu dois venir descendre avec moi, et on va faire la fête avec maman et papa, et tout le monde ! » Quoi ? C'est moi où j'ai bien entendu qu'il voulait que j'aille fêter mes onze piges ? Mon Dieu, mais qu'est ce qu'il à regardé à la télé... Mais je t'entends parfaitement t'es pas obligé de gueuler crétin ! J'ouvre les yeux de regarde la baie vitrée que j'avais laissée ouverte en rentrant hier soir dans ma chambre. Je prend  le gun à côté de moi, tire quelque part dans la direction de Valshe (alors que je sais très bien que la balle va seulement passer très près de ses cheveux). « Soit tu fout le camp toi même comme un grand, soit c'est moi qui te descend. » Puis je laisse l'arme tomber par terre. « Non je veux pas. » Je soupire, tu l'aura cherché gamin. Je sors de mon lit, attrape Valshe (enfin, il me saute dans les bras cet imbécile alors ça n'a pas été trop difficile), et l'emporte avec moi sur le balcon. « Bon voyage. » Et je laisse tomber le paquet depuis le dernier étage de la maison des Lavann.
L'écoutant à peine hurler, je claque la porte de ma chambre qu'il avait laissé ouverte et retourne au pieu. Je peux enfin dormir en paix...
J'allais sombrer (j'y étais presque putain), quand, juste vingt minutes plus tard, j'entends un bruissement de feuille juste devant moi. C'est quoi ça encore ? J'ouvre les yeux, jurant cette fois de tirer une balle entre les deux yeux de la chose, quand je tombe nez à nez avec un dessin dessiné à la craie. Mes yeux glacés regardent les formes peu soignées voulant représenter des personnages, il y a en a plein, puis il y a des noms en dessous de chaque bonhomme. Il en faut du courage pour dessiner toute la famille... Au dessus du mot 'Valshe', je vois un môme, tenant la main à chaque membre Lavann (va p'être falloir que je lui dise que sa mutation c'est pas la multiplication des membres). Puis il abaisse le dessin, et je peux voir son visage barbouillé de boue et ses cheveux parsemés de ronces et de feuilles, « T'as vu ? C'est joli hein ? C'est moi qui à fait ! Et regarde ! » Le blondinet soulève son tee-shirt d'une main et me montre comme il peut ses blessures.« Trois côtes et un bras cassés cette fois ! Joli score hein ? » A court d'argument pour faire sortir ce môme, je lui ébouriffe ses cheveux et me lève pour aller m'allumer une clope. J'ai bine compris que je pourrai pas dormir. Valshe prit un air horrifié, « T'as pas le droit de fumer ! Et puis c'est pas bien ! C'est dangereux ! » Je rit en sortant mon briquet, pour le droit je pense que je m'en passe, et pour la conscience, j'espère  avoir assez de force mentale pour supporter ça. « Dangereux ? Qu'est ce que t'en a à foutre gamin ? » C'est alors que ce crétin haut comme trois pommes monte sur le lit pour être à ma hauteur, et me braque de nouveau son dessin sous le nez. « J'en ais quelque chose à foutre papy, tu sais pourquoi ? On est frère. » « Appelles moi encore une fois papy et je te re-balance, en m'assurant que tu y reste cette fois....imbécile de frangin. »


« Oui c'est mon frère, pourquoi ? » Elle me répond quelque chose du style 'parce que y'a un petit air de ressemblance entre vous', je lui tire dessus. Non, mais c'est Valshe ! Un frisson parcours mon échine alors que je pense à moi, avec le même caractère que cet hyperactif.
Moi ? Un massacre ? Je pensais pas qu'on pouvais lire en moi aussi facilement... Puis elle répond enfin à ma question, « Je suppose que ça doit être un peu des trois non ? » dis-je avec un sourire. J'attrape mon sac noir et le lance par terre, je ne vais pas tenter le diable.« Je ne sais pas si j'aurai appelé les renforts... Ce serai sous-estimer ma prétention. » Ainsi il y a des gens ne méritent pas de mourir ici ? C'est pas vraiment le problème, je hausse les épaules. Tout le monde meurs un jour de toute façon. Je finis ma cigarette et m'apprête à descendre quand quelque chose me retient. Je m'éloigne du bord et me place dans une zone d'ombre. Les lampadaires viennent de s'allumer, j'entends des gens sortir, au son de leur pas j'en compte cinq. Mais qu'est ce qu'ils foutent ici ?  
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 05/07/2015
Localisation : Entrain de lancer un regard noir quelque part!


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Sam 11 Juil - 20:26

En fait je retire tout ce que j'ai dis avant ça...Il est incroyablement con. Et ça me donne envie de lui donner deux claques. Ouais, je change rapidement d'humeur. Mais en même temps c'est normal, je suppose que c'est de 1, parce qu'il m'a réveillé alors que je dormais, de 2, parce que j'ai faillis recevoir un coup sur la tête, de 3...Parce que ses mimiques me donnent envie de le frapper. Monsieur se croit au dessus, j'ai l’impression. Et ça, tout le monde le regrette un jour ou l'autre. Oui c'est son frère? Facile a deviner, ils s'échangent tellement de mots doux...C'est adorable. Pourquoi...Comment lui expliquer sans qu'il me rit au nez ou qu'il me prenne en pitié...Autant essayer? «Parce que si je n'avais pas été fille unique, je lui aurais parlé de la même façon.» J'aurais aimé avoir un frère ou une sœur...Plus une petite sœur. C'est quand même les filles qu'on considère comme des princesses. Des anges, même. J'aurais tant aimé, ouais. Pouvoir prendre soin d'elle, faire attention a ce que tout se passe bien dans sa vie. La protéger du monde extérieur...J'aurais fais pour elle, tout ce que je n'ai pas eu pour moi. Elle aurait sans doute été normale...Mes parents l'auraient aimé, elle. Moi? Je suis juste le vilain petit canard des Ellison. Celle qui a les cheveux rouges feu et surtout, celle qui est différente jusqu'à son ADN. C'est triste pour eux...Même pour moi. Je ne le dis jamais, mais j'ai souffert de ce manque d'amour et de tendresse. Le seul qui m'en a donné, il n'est plus de ce monde. Le seul qui m'a regardé avec un regard, autre qu'agressif...Il est mort. Plus jamais il ne me surnommera Grumpy...J'en ai les larmes aux yeux. J'ai envie de pleurer, mais je les chasse d'un coup de main. Je dois arrêter d'y penser et aller de l'avant. C'est du passé et le passé parasite le présent. «Arrête Laz'...pense juste au type qui se trouve devant toi et ta situation...zen........» Il ne m'inspire pas confiance...Bon d'accord, pendant quelques instants j'étais tentée de lui donner ma confiance, mais ce gars là, voudra juste me tuer. «Sans doute.» Il a raison, les trois a la fois...Lorsqu'il jette son sac par terre, j'ai un mouvement de recul...Bha quoi, on sait jamais avec ce genre de type. Faut toujours prévoir. «Waouh, qu'elle modestie.» Ça commence a m'agacer cette histoire...Mais d'un coup les lampadaires s'allument. Automatiquement je me baisse. Ne faisant plus aucun bruit, ne respirant presque plus. Je ne sais pas qui ils sont...Ni si ils sont dans son camp ou dans le mien...Dire que j'ai peur, serait un mensonge, mais par contre...Dire que je m'apprête a sauter dans le vide pour aller me battre...Ca c'est la vérité.

_________________

'Cause we could be Immortals, Immortals!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 06/07/2015
Localisation : Sur le toit


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Dim 12 Juil - 10:12

Je repense au nombre de fois où Valshe aurai normalement dut y passer grâce à mes humeurs... Le lancé depuis le toit, la noyade dans le lac en hiver, l'intoxication, l’asphyxie, la fois du sniper, les flèches empoisonnées... le lancé de poignard aussi, le bûcher, la tombe, l'écartèlement, la cage aux lions... tiens j'ai faillit oublier la scie électrique. Arrivé à ce stade là, en général, vient le moment où l'on se tient devant une question purement personnelle. Soit il résiste à tout, et est absolument doué dans l'art de survivre, soit c'est moi qui ne désire pas vraiment le tuer. { Bordel Ciel y'a une invasion de moustiques ! } « ... » J'étais pourtant sûr d'avoir coupé le micro... Valshe n'est qu'un sale gamin qui refuse l'idée d'être seul, et qui utilise à mauvais escient son talent pour l'informatique. { Bah quoi tu dis plus rien frangin ? } Non, c'est toi le bavard de la famille, inverse pas les rôle Valshe. Si je coupe le micro, c'est que j'ai rien à dire crétin finis, t'avises plus jamais de le réactiver. Seulement voilà, ça c'est le genre de phrase qui se font comprendre par le silence, alors je ne dit rien.
Replié dans l'ombre, j'observe les personnes sortants de l'établissement de Charles-Xavier. C'est quoi cette mauvaise blague ? Mon cerveau marche à plein régime pour résoudre cette énigme. Hypothèse 1, ce ne sont que des mutants sortit en pleine nuit pour s'amuser / fumer / mettre ici une autre suppositions. Hypothèse 2, ce sont des humains qui sortent plutôt tard. Hypothèse 3, ce sont des humains qui on appris l'absence de la majorité des X-MENS et des mutants jugé trop dangereux, et sont venus ici dans le but de voler / prendre d'assaut l'école des mutants. Je me concentre sur l'un d'entre eux et remarque qu'il porte une arme. Tout les autres possèdent la même... Je vire la solution 1 de ma tête, je fais de même pour la solution 2, trop impossible. L'hypothèse N°3 semble être la bonne. Auquel cas, ces humains me rendent un grand service. S'ils réveillent tout le monde, ils serviront de diversion pendant que moi je m'effacerai de la circulation. Certes, ils serviront également de pâté pour chiens mutants, si j'en crois leur armes et le caractère déjà fougueux de Lazuli... qui se prépare à sauter du toit pour se battre contre les humains. Voyant tout mon plan s'effondrer, je m'élance pour la rattraper par la main et la tirer rapidement vers l'ombre avec moi. Invoquant le silence, je désigne les humains qui avait déjà sortit leur armes leurs regards dirigés vers le toit. Enfin de compte, ces intrus commencent à bien me taper sur le système, mais qu'est ce qu'ils veulent bordel ? « Valshe, trick one, occupes toi des taupes. Moi du 'one'. » Après avoir murmuré cet ordre à mon petit frère, je me tourne vers la mutante et ses humeurs... « Attire les sur le toit, ça sais monter mais pas descendre tu vois le genre ? Je les désarmes. Ensuite on en utilisera les autres pour faire pression sur un et savoir ce qu'ils cherchent. » Ma mâchoire se serre, « et aussi comment ils savent pour 'aujourd'hui'... » Valshe trouvera ces suicidaires qui on eut la mauvaise idée de parler. Il va les lyncher. Les torturer. Et les garder en vie, pour faire plaisir à son grand frère. Moi je viendrai leur montrer qu'on ne trahit pas comme ça le Troisième. « T'es partante ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 05/07/2015
Localisation : Entrain de lancer un regard noir quelque part!


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Dim 12 Juil - 20:33

"Ils sont là...Finalement ce sont des humains normaux, mais avec des armes. Directement je me sens plus dure, plus méfiante aussi. Alors que j'allais sauter pour les faire léviter, il me rattrape par la main. Non que le fait qu'il touche ma main, me choque, mais je crois que c'est surtout parce qu'il m'empêche d'aller aider les miens...qui me rends furax. J'ai envie de lui mordre la main et de le pousser du toit, mais il demande le silence...Et comme une idiote, je me tais. Lui jetant des éclairs...si un regard pouvait tuer, il serait mort plus de dix fois là. Mais en même temps, bien que j'aurais pu de là où j'étais lever les mains et les faire léviter, puis écraser au sol...il a peut être raison. Je reste donc près de lui, en serrant les poings. Me méfiant des armes des intrus...j'ai déjà reçu une balle une fois, je n'avais pas surveillé mes arrières et du coup j'en ai reçu au bras, avant que je tue la personne qui avait osé faire ça. Oui je l'ai tué...je crois que j'ai vu rouge cette fois là. D'un côté, j'allais pas lui proposer de boire un thé. Une fois encore il parle a son frère, personnellement j'en ai marre de cette histoire et puis, mon cerveau est bloquée sur les armes. La douleur est encore présente...Je crois que si jamais ils tirent, je serais vraiment méchante...Vraiment. Tiens quand il a finit, il se tourne vers moi et me donne des ordres. Oui je vois ça comme ça, comme des ordres. Pour ma part si je le pouvais je les tuerais et je ne perdrais pas mon temps a faire pression sur eux...Mais en même temps, je suis une mutante et a part quelques coups que je connais, mon caractère bien trempé et mon contrôle de la gravité...Je n'ai rien d'autres. Je réfléchis a une allure hallucinante...Se mettre en accord avec lui ou continuer mon plan? Je sais que j'ai peu de temps et c'est dur de m'y faire...Que dois-je faire? Faire confiance a la pesonne qui avait voulu me faire du mal pendant un court instant ou écouter mon instinct? « D'accord. » Je dois avoir l'air choquée...sans doute...Je m'attendais même pas a le dire, pour moi j'étais déjà entrain de descendre, mais là non, j'ai dis oui...Je m'étonne moi même. « Et t'en fais pas, si tu tombes je te rattraperais... » . Je sais pas si je me moque ou non...En tout cas, ça doit être les deux. " On en a pas finit tout les deux " Je lui tire la langue et m'avance sur le bord du toit. Je souffle profondément puis lève les mains. Hop, voici un homme qui se trouve en face de Lavann. Puis un autre et encore un autre...C'est fou, mais les autres ne remarquent pas. « Occupe toi-en, si les autres bougent j'hésite pas a les écraser au sol » Je regarde les trois nouveaux arrivant, bon...rien qu'a leurs regards j'ai compris qu'ils ont un peu peur de moi. Pour une fois que c'est pas que de mes cheveux. «...C'est toi la fille de la Gravité?» Je vais m'énerver, sérieusement...Pourquoi on doit toujours me donner une étiquette? La fille aux cheveux rouges, la fille de la gravité...La fille qui a reçu une balle et qui a dès le lendemain réussi a poursuivre un gamin qui l'avait regardé de travers...Si il change pas de regard, je serais la fille qui va le tuer. Et ça, pour un homme, c'est pas cool.

_________________

'Cause we could be Immortals, Immortals!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 06/07/2015
Localisation : Sur le toit


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Lun 13 Juil - 18:04

« D'accord. » Mes sourcils se haussent en signe d'étonnement, honnêtement ? Je pensais pas qu'elle allait accepter. Bon je suis toujours moi, alors un 'merci' ce sera évidemment pas à attendre (j'entends déjà Valshe gueuler à une injustice ou n'importe quoi d'autre, je ne veux pas savoir comment il pense), mais je suppose que la mutante a plus ou moins devinée que le fait qu'elle ais acceptée de suivre mon plan me plaît (ou je dis ça juste pour justifier mon manque de politesse).
Je ris doucement a ses propos sur moi qui tombait du toit, prenant à la légère la moquerie, puis elle me dit qu'on en as pas encore terminé ensemble. Je souris, « Oh ça j'en doute pas Lazuli... » Mais elle est sûrement pas en état d'écouter ce que je viens de dire.
Je sors deux silencieux de leur fourreau, et garde bien dans les viseurs les humains les plus proches de la fille au cheveux de feu. Le premier qui tente un tir, se fera descendre en premier. Ellison fait son travail à la perfection, elle m'en amène trois. Et le plus intéressant dans tout ça, c'est que je n'ai { HEY, mais je rêve où t'a même pas bronché alors qu'elle vient de te donner un ordre ?! DEMON ! Sort de ce corps ! Attends non, reste. On va faire un test.... Ciel je t'ordonne de me traiter comme si j'étais la personne la plus chère a tes yeux ! } Je grince des dents, « Occupes toi des balances, où tu prendras leurs places. » En voilà un en panique qui tente de me tirer en me voyant dans l'ombre. Je vise son arme et la bousille dès l'instant où j’appuie sur la détente. Je tire dans le bras à celui qui tentait de tirer sur la rouge, et m'élance au contact. Vif, je parcours la distance entre moi et le premier et le met à terre, le deuxième sans arme se précipite sur moi, je l'évite agilement et l'envoie valser sur le toit. Maintenant le troisième.... Il me pointe de son arme, sans bouger. Oh, je vois, c'est le chef de bande c'est ça ? Cool, je vais avoir accès aux sources directement. « Je sais qui tu es, Chasseur de Tête. Laisse nous faire ce qu'on veux et tout ce passera bien. » Je manque de m'étouffer, non mais il croit réellement qu'il a le contrôle sur moi ? Je me met devant lui, donnant au passage un coup de pied dans la gueule du crétin qui a essayer de se relever, et croise les bras. « Bah va-y tire. » Il lance un regard choqué, oui je suis bien un suicidaire. « Tu t'dépêches j'ai pas la nuit. » Il tire. J'explose de rire, « loupé, essaie encore. » Je fond sur lui comme un prédateur, le désarme et lui brise les deux bras. Je le force à se mettre à genoux, sa propre arme à présent pointée sur sa nuque.
Je regarde où en est Lazuli, les deux autres qu'elle à remonté se rendent d'eux même e rejetant leur armes par terre. Je souris, « Beau travail. » J'espère, de toute ma force, que Valshe n'est pas là pour entendre ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 05/07/2015
Localisation : Entrain de lancer un regard noir quelque part!


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Mar 14 Juil - 1:23

Dire qu'il ne m’impressionne pas serait un mensonge. Je trouve qu'il dégage quelque chose, quand il se bat. Il m’impressionne mais pas dans le sens, où j'ai peur de lui. Mais plutôt que je m'attendais a moins bien que ça. Là, non, rien a dire...a part le fait que dans son regard, où y lit un profond dégoût. Et ça m'attriste. Il existe donc de véritable monstre alors...Je ne sais pas si il est comme ça naturellement ou si une enfance a eu raison de lui...Mais en tout cas, je sais que c'est une machine a tuer. Mais qu'importe il est doué. Je le laisse faire et même...j'allais l'aider quand le garçon allait frapper, mais je me suis retenue au dernier instant. En plus d'être un monstre,ce type est suicidaire...Formidable. Dans quelle merde je me suis fourrée encore? Je reste donc derrière la personne qui le menace d'une arme, attendant juste un signe de cet idiot de lieutenant pour l'aider. Je refuse qu'il le tue...Si jamais il faut le faire, je m'en chargerais. Mais je refuse qu'on me pique la vedette, non mais oh. Les deux autres? Je les ai dans ma poigne...C'est pas une métaphore, j'ai bien la main un peu levée, les deux bloquée contre le toit. Un cri et comme un immense craquement...J'en ai vu des horreurs mais là, c'est dur. Deux bras brisées, étrangement j'ai mal pour lui...Le pauvre quand même. Quand il termine son travail, je relâche les deux autres idiots, automatiquement ils baissent les armes. Beau travail? Waouh, un compliment de la part du pervers. Mais je lui souris un peu...J'vais pas faire la tête après ça. Un bruit me fait réagir. Une balle. Rapide, directement mes mains se lèvent et elle ne bouge plus restant bloquée dans l'air. Elle s'arrête devant le gars et Ciel. Bon...il doit savoir un truc intéressant sinon ils n'auraient pas chercher a le faire taire. J'en ramène trois autres, mais cette fois ci je les mets a terre, une pression invisible les collant contre le sol. Ça doit être douloureux, mais je m'en fiche. J'appuie encore un peu plus fort. Oh un craquement aussi...je crois que quelques membres sont brisés. «Oups» Je desserre mon emprise sur eux, c'était pas vraiment voulu. Pas vraiment hein... « Quoi?» Je soutiens le regard du lieutenant de la Troisième, refusant de me laisser intimider. Je suis pas l'un de ses collègues moi. Je suis son pire cauchemar...Bon peut être pas. Mais je refuse de plier face a ce regard perçant, je suis pas aussi faible. Même avec les X-men, c'est comme ça. Logan a eu du fil a retordre avec moi. Comme les autres professeurs. Désolée pour vous...mais c'est comme ça.


_________________

'Cause we could be Immortals, Immortals!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 06/07/2015
Localisation : Sur le toit


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Mar 14 Juil - 18:28

Le son d'un tir me fait réagir au quart de tour, la seconde d'après je pointe déjà un gun dans la position exacte de l'endroit où c'est venu. Je dois avouer qu'il y a des fois où je m'étonne moi même... Mais la Ellison s'en charge et après avoir arrêté la balle, s'occupe de ramener les trois autres tireurs. Je la regarde les faire flotter à l'aide de son pouvoir assez impressionnant, et les écraser sur le toit. Assez fort pour que je puisse entendre le craquement sinistre et familier des membre broyés. Je la fixe de mes yeux froids et glacés. « Non rien. » On en a besoin en vie, un peu plus fort et elle allait leur briser le cou. Tant pis, je passe. { Ciel, j'ai identifié et localisé les balances mais il faut que tu viennes voir ça y'a un problème, sinon il te reste vingt minutes maximum, les mutants partis en 'voyage' vont revenir. Tu dois avoir levé le camp d'ici là, avec où sans la fille, avec ou sans code vautour ou trick one, tu reviens à la maison. Tu m'entends ? Je lance le compte à rebours. } Le ton sérieux de mon frère renforce l'effet important de son annonce, mais de quel genre de 'problème' veut-il parler ? Mais je lui fait assez confiance cette fois ci pour me fier à lui, et lancer dans ma tête la minuterie des 20 minutes. Dans vingts minutes cet endroit se transformera en place des morts et parcours de survie. 19 minutes. Je baisse la tête vers le chef aux membres brisés, « Dans quel but vous êtes vous introduit ici ? » Il crache une gerbe de sang par terre d'un air de dégoût. « Je ne dirai rien. » Oh je vois, monsieur veux jouer au héro ? Très bien. Ça me va. Je tire une balle dans la tête d'un de ses acolytes. Plus que six. A ce rythme là, ça peut toujours aller assez vite pour que je m'échappe. 18 minutes. « Qui ? » C'est alors qu'un autre humain se met à rire, je soupire et reconnaît celui qui avait tenté de descendre ma victime pour l'empêcher de parler. Je la pointe de mon deuxième fusil, son sourire s'efface quelque peu. « Tu sais, je pourrai descendre tes acolytes un par un s'il le faut pour que tu parles, alors épargne moi du temps et crache le morceau. » Je commence à sentir une sérieuse pression entre les membres du groupe, tous savent je suis très sérieux. Ça va pas tarder à venir... 17 minutes. Je jette un regard à Lazuli. Et fixe dans les yeux chacune des personnes. 16 minutes. J'en descend une deuxième. «  Hey les gars, si vous voulez sauver votre peau c'est maintenant. » En cas de dernier recours, je torture sur place ce bâtard. Ça commence à trembler, les mots vont sortir, qu'ils fassent vite je suis pas du genre patient. 15 minutes. Ils vont littéralement passer un sale quart d'heure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 05/07/2015
Localisation : Entrain de lancer un regard noir quelque part!


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Mer 15 Juil - 0:21

Ca commence a me casser les pieds cette histoire...Pourquoi diable ça doit prendre autant de temps? Je sais directement ce que son regard veut dire...c'est lourd de reproche. Excuse moi p'tit Cielou, mais c'est pas ma faute si ces idiots ont essayé de nous tuer. Je dis rien, juste détournant le regard. Son frère est toujours son frère...Il lui parle encore. J'entends vaguement quelque chose comme du style compte a rebours et problème. En gros, c'est dangereux. Et y a un soucis. Je le comprends aussi au visage fermé du jeune homme. Fermé et anxieux. Génial...Ça n'apporte rien de bon là. Il interroge le chef de bande, mais ce dernier refuse de parler. Quitte a avoir la mort de l'un de ses coéquipiers sur la conscience. Un autre et encore un...il cède toujours pas. Je me demande ce que j'aurais fais dans un cas comme ça...Obéis a Ciel ou non...Me connaissant je me serais pas laissée faire. Mais je n'aurais pas fais tuer mes collègues. Je suis pas ce genre de personnes. Le temps passe et je commence a perdre patience. Nos regards se croisent pendant un cour instant...Ca me donne confirmation. Il est stressé ou du moins il commence. Mais je ne dis rien, ça ne me concerne pas et puis, si je le fais remarqué ce serait perdre toute crédibilité face a lui. Au bout d'un moment j'en ai marre et me rapproche de Ciel. Me mettant devant lui, mais regardant plutôt l'autre idiot. «Ecoute moi mon gars si tu te bouges pas, je n'aurais aucun scrupule a te laisser avec ce malade. Qui est en plus un pervers.» Je lance un regard amusé au concerné. « Mais je tiens a te préciser que j'ai beau avoir un caractère bien trempé je l'aurais écouté...Et entre nous t'es vraiment une enflure de laisser les tiens mourir. Donc voilà, réfléchis bien sinon ça va être mal partit pour toi...» Je lui laisse une chance, là j'explique calmement. Mais ça risque d'aller plus loin...plus méchamment et plus direct. « Qu'est ce qu'une fille comme toi peut m'apprendre? J'm'en fous de tes conseils Je suis toujours penchée vers lui...J'en profite pour le gifler. Pas une petite...une bien forte et douloureuse. «Je vais t'apprendre quelque chose p'tit con...Les hommes ne peuvent pas défier la gravité...» Je me redresse et lève les bras. Et c'est ainsi qu'il monte vers le ciel...Mais c'est juste un avertissement, donc pas plus de deux mètres. Et d'un coup je le laisse tomber. A mon avis il aura plus que ses deux bras brisé par Ciel, mais là... « Si t'as encore besoin d'apprendre, je peux te faire léviter a dix mètres et te laisser tomber crétin.» Je me retourne cette fois ci vers le lieutenant. « Laisse tomber les bonnes manières et montre lui qu'il te reste peu de temps, parce que si tu le fais pas, je m'en chargerais.» Et je me retire un peu, le laissant avec mon avertissement.





_________________

'Cause we could be Immortals, Immortals!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 06/07/2015
Localisation : Sur le toit


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Mer 15 Juil - 18:13

14 minutes. Je lance un regard perçant à la personne ayant rit avant que je ne lui pointe mon deuxième silencieux sur la tête. C'est étonnant ça, son sourire est communicatif. Bon, alors je récapitule le tout. Le gars a genoux devant moi, que je pointe avec mon arme de ma main droite, est le lead' des quatre autres glands. On va l'appeler 'A' ça va être plus facile. Celui que je tiens en joue avec mon arme de ma main gauche, est plus ou moins quelqu'un en charge des cinq autre... 'B'. Les cinq autres, plus les deux acolytes de B, on va les appeler les 'C'. Bon, m'en reste plus que 6 du groupe des C, mais avouez que 10 personnes sur le toit, on commence à étouffer. Et va falloir que je me charge de huit cadavres en moins de 13 minutes. Ma mâchoire se serre en écoutant un nouveau refus de la part de B. Lazuli se rapproche et sort deux trois mots à A. Même si je sens inconsciemment mes poils de hérisser lorsqu'elle me dit pervers, je prend sur moi sans rien dire. Bordel les prochaines missions de kidnapping, je tue avant d'enlever. { 12 minutes monsieur. } Je constate avec une pointe de joie que Valshe s'est enfin bougé. Je baisse à peine les yeux, que je vois une main voler dans la face de A. Wow, phénoménal. Je crois que j'ai du me prendre une gifle qu'une seule fois, j'avais quoi, sept ans ? Paraît que c'est pas correct de pendre le chat de sa grande sœur..... Bref, je tapote l'épaule de A compatissant en ce moment de pure humiliation. Puis elle le fait léviter et le laisse tomber, j'observe le spectacle avec sourire, et remarque un des C qui grimace, c'est vrai que ça doit piquer un peu... Mais bon. Les autres C observe le spectacle gravement. J'en déduis donc que celui ayant esquissé une expression de dégoût doit être celui ayant les moins de tripes du groupe. Très bien, ça facilitera les choses. Je descend les autres un par un, gardant seulement A, B et le membre de C. Ça y est, le ménage est fait. 10 minutes. Le C tremble de tout ses membres, B à des sueurs froides, et A commence à flipper parce qu'il sait que si B ou C disent un mot il est mort, et que s'ils ne disent rien, ce sera à son tour d'être torturé. En parlant de ça... Je donne un coup de pied a B, il s'étale par terre et j'observe ce qu'il reste de lui. Pas grand chose en fait, deux bras cassés, une jambe brisé, et sûrement deux ou trois côtes en bouillie. Je soupire, Lazuli m'a rien laissé de croustillant. Je regarde mon arme, putain qu'on me rappelle pourquoi j'ai pas pris le matériel à torture nécessaire ? Parce que c'était une mission d'enlèvement. Une putain de mission d'enlèvement. Je sais même pas ce que je fous encore ici. Je change de calibre et sort un magnum. « Sauf si tu tiens à finir littéralement en charpie, il va falloir que tu parles. » En guise d'avertissement, je lui tire une balle lui explosant la case thoracique, il en a plus pour longtemps, certes. Mais le voilà qui commence à ouvrir la bouche. J'allais venir raviver la douleur quand il se décide enfin à parler. « Je... C'est lui, il voulait le cerebro, pour... » il s'arrête et consulte du regard B. « Anéantir Charles-Xavier. » Ah bah voilà, c'était pas si difficile. Je finis le A, et jette un regard haineux à B. C'est qu'il à gâché la moitié de l'aveu du A cet enfoiré. J'attrape le C par le col et le traîne devant le B. 7 minutes. « Hey les gars, il ne reste que vous deux. Je laisse celui qui dira la vérité, rien que la vérité et toute la vérité, je le garde en vie. »
Je sais bien que c'est C qui parlera, mais je suis dans je préfère garder B en vie dans le cas où il servirait à quelque chose... je m'allume une nouvelle clope et attends patiemment. 5 minutes. « Mo...monsieur ? » C'est moi qu'il appelle comme ça ? Je hausse les sourcils et dirige mon regard vers C, monsieur... Qu'est ce qu'il lui prend ? « 'Lui', c'est Parker Clint, il à demandé à Trent de trouver une équipe pour kidnapper Gavity, il en as besoin pour un projet. Je n'en sais pas plus...  » Je me tourne vers ce Trent, qui fusille C du regard. « Il t'en faudra combien des balles dans le crâne pour que tu me dise comment t'as fait pour voler des informations au Troisième ? » Apparemment plus d'une, B me regard d'un air ahurit, je tique, il ne sais vraiment pas la réponse. Je soupire et l'envoie au ciel. 3 minutes. Je me tourne vers Lazuli, « Tu ferai mieux de retourner dans ta chambre 'ils', ne vont pas tarder à arriver. » Tient, le ton sincère ça me change... J'ignore C, et m'occupe de tirer rapidement les cadavres dans un coin. 2 minutes. Je regarde C d'un air désolé, il recule, et à la lumière sur son visage je peux comprendre immédiatement le 'monsieur'. Il doit avoir aux alentours de 17 piges, si moins... Si je le ramène chez le Troisième, autant voir ça comme si je ramenait le repas du soir, Valshe en premier se chargera de le massacrer. Le Troisième exècre les traîtres, et même si ce C est sans doute innocent, on le prendra en responsable sans problème. 1 minutes. Ma parole ne vaut vraiment rien, j'envoie C avec les autres cadavres. 30 secondes. Lazuli est toujours là, je range mes armes et me replis dans l'ombre, il va falloir que je trouve une issue de secours. 15 secondes. Ils sont là, avec 15 secondes d'avance. 95 % de chances qu'ils viennent sur le toit. Je garde les yeux ouverts et conserve la tête froide même si ça empeste la mort, pas seulement à cause des huit cadavres camouflés à côté. Bordel Ciel, va falloir que tu laisses ton instinct de survie gérer sur ce coup là. Si je me souviens bien, on a envoyé Charles-Xavier jusqu'en Norvège pour être sûr. Ça me fait un problème en moins... Bon, quand faut y aller... Putain. Je prend mon élan et saute du toit, dans la direction opposé des X-MENS, j’atterris sans problème entre la hais et le mur arrière de l'école. Ça me rappelle quand je faisais la même chose de chez moi. Bref, pas le temps pour la nostalgie, va falloir sortir de la...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 05/07/2015
Localisation : Entrain de lancer un regard noir quelque part!


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Jeu 16 Juil - 17:43

Je le laisse faire, je me suis retirée assistant a ses menaces. Je reste les bras croisés a attendre que le temps passe, sans non plus fixé le plus jeune. Ca se voit qu'il es plus faible que les autres. Qu'il est plus sensible. Alors j'essaye de le lui transmettre un message «Allez dis le, fais pas le con.» A une époque j'avais son âge, j'avais pas le courage non plus d'assister a ce genre de choses. Il m'arrivait même de tenir bon jusqu'à la dernière minute, allez ailleurs et vomir tout ce que je pouvais. Une fois on a du voir comment se soigner dans un lieu hostile...Autant le dire, c'était affreux. Ils ont trouvé des blessés et nous ont montré comment remettre une jambe en place, comment couper un membre aussi si celui-ci est infecté. Et oui, être une X-men y a aussi des trucs glauques. Trop j'ai envie de dire des fois. Finalement au fur et a mesure, j'ai su gérer ça. La preuve, j'ai brisé les os d'un homme sans aucun scrupule. Après quelques longues minutes, on y arrive enfin. Lavann me conseille de retourner dans ma chambre. Mais je lui obéis pas, je reste là a attendre les bras croisés je ne sais quoi...Des fois je suis désespérante. Alors qu'il commence a ranger son matériel, une sensation familière prends place autour de moi. Ah 'ils' sont là...Mais ne devaient-ils pas revenir plus tard? Je regarde dans leur direction, ils ne sont pas encore assez près pour nous voir sur le toit. Bien. Je sais que si ils voient un homme du Troisième avec une X-men, - qui est en plus en tenue légère – c'en est finit de lui. Alors que je fixe le petit groupe qui s'approche, un bruit me fais tourner la tête. Il...il a sauté du toit. Sans rien...A mon avis il doit avoir l'habitude, sinon il l'aurait pas fait. Mais tout de même. A cet instant précis je ressens un peu de respect pour lui...Mais vraiment un tout petit peu, ce n'est même pas ce qu'on pourrait appeler du respect...On va dire, qu'il est déterminé. Voilà. C'est bien ça. Je réalise qu'il n'aura pas vraiment le temps de leur échapper, ce sont des mutants et il est seul. Je ne réfléchis pas longtemps... «Fais chier.» Je saute a mon tour du toit,mais avec mon pouvoir de gravité je ne tombe pas je flotte jusqu'à attiré au sol et je cours dans sa direction. J'ai l’impression de poursuivre une proie c'est étrange. Il court vite, j'ai jamais vu quelqu'un courir très vite comme ça. Je ne pourrais pas le rattraper surtout pas comme ça, je suis pieds nus et je sais qu'ils sont entrain de saigner. Ce n'est pas douloureux, mais ca pique. «Ciel Xerses Lavann vous allez m'attendre oui!» Un murmure, je ne pense pas qu'il l'ai entendu mais en tout cas, le fait que je vienne de sauter je me retrouve entrain de le plaquer a terre, la main sur sa bouche. «Si tu fais du bruit ils sauront que tu es là et ça sera finit pour toi, bien que tu sois un lieutenant.» Ce sont pas n'importe quel mutant...Les X-mens, je les connais mieux que personne. Il ne pourra pas sortir de là idem. J'attends quelques instants, tentant de réfléchir a ce que je pourrai faire. Là je suis dans le merdier...Je me suis engagée et je m'énerve pour ça. Il a voulu me tuer et je me retrouve a vouloir l'aider a s'échapper des miens. Qu'elle drôle de fille je suis... «Si arrêtes de bouger – parce que oui, les craquements de feuilles et une respiration haletante quand tu as un mutant avec du gêne de chasseur pro, ça aide pas – je me relève.» Sinon...Sinon je saurais obligé de le frapper et de le faire léviter derrière moi, même si j'ai jamais encore essayé de faire ça...

_________________

'Cause we could be Immortals, Immortals!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 06/07/2015
Localisation : Sur le toit


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Mar 21 Juil - 18:06


Caché derrière un mur, je fixe les X-MENS arrivés. J'ai beau porter une étiquette 'Lavann' sur la tête, on va tout de suite se mettre d'accord ; je vais pas plonger dans le tas comme un suicidaire, comme un kamikaze, comme un idiot, comme un Valshe.
Je vais devoir être discret, ces personnes là sont entraînés comme moi à détecter les présences étrangères. Je me retourne dos à mon mur, et met au point un plan d'échappatoire. D'abord, aucun bruit. Je prends mes écouteurs et tout ce bordel pour le fourre dans mon sac. Je me débarrasse de la même manière de la quasi totalité de mes armes, en gardant seulement trois. Évidemment, marcher comme une cruche sur les feuillages et branchages à terre je mets ça de côté. Maintenant, le chemin... Le mieux serai de passer de longer derrière les arbres, jusqu'à la sortie, d'escalader le portail, et une fois dehors je ne devrais plus avoir de problème. Chiche de faire ça sans respirer ? Je souris et attrape tout mon paquetage avant de me lancer dans cette course pour survivre. Passant silencieusement d'arbre en arbre, je ne regarde même pas le groupe de super-héros à seulement une dizaine de mètres de moi. Ils connaissent comme moi l'inconfort de ressentir un regard sur soi. Se sentir ainsi observé, espionné par un inconnu... Personnellement, ça me fait directement pointer une arme sur le dit regard. En parlant de cela justement... Je sens celui de Lazuli sur mes épaules, elle doit plus ou moins observer le spectacle de son perchoir. Soudainement, les toits de New-York me manquent. Ces toits où je peux regarder de hauts les foules se masser, les taxis jaunes se débrouiller pour rouler sur cette circulation, le bruit dégagé par l'ensemble de cette activité... Et le ciel, gris, bleu, blanc, noir... Un murmure me fait brutalement réintégrer le monde réel. J'allais me retourner pour fusiller du regard la rouge, dans elle me tombe dessus pour me plaquer sa main sur ma bouche, m'imposant ainsi le silence. Je sais qu'on y reviens souvent, mais si un regard pouvais tuer... Mes yeux lancent des éclairs, et s'il ne faisait pas nuit, peut être qu'on aura pu apercevoir une aura noire autour de moi. Après deux secondes de profonde amertume, je me dégage de son emprise et l'entraîne avec moi derrière un grand arbre. Du silence ? C'est pas moi qui ait parlé, aux dernière nouvelles. Ça c'est ce que dit déjà mon premier regard. Ensuite, sachant très bien qu'il faut que je garde la tête froide (même si j'vous jure que c'est pas facile avec cette fille), je passe une main dans mes cheveux réfléchissant à ce que je vais faire d'Ellison. J'y arriverai peut être pas, mais ça coûte rien d'essayer, et puis avant qu'elle débarque, ça semblait plutôt bien partit. Ce que mon deuxième regard dit ? Très bien alors, qu'est ce que tu proposes vu qu't'es si maline ? Je croise les bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 05/07/2015
Localisation : Entrain de lancer un regard noir quelque part!


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Dim 26 Juil - 1:19

Je vais lui faire du mal...Je crois sincèrement qu'il va payer pour ça. Mais diable pourquoi je suis allée vers lui? Plus ça va plus je me rends compte que je ne sers a rien, que je réfléchis bizarrement en plus. Qu'est ce qui m'arrive a la fin? Ah oui je dois rester calme, sinon je vais m'énerver contre ce boulet humain. Je me demande bien comment je vais faire. Surtout que je n'ai pas d'idée. Quand je saute sur lui, je peux voir directement dans son regard ce qu'il adviendra de moi si je continue sur cette voie «Je vais finir par te tuer» . Je peux lire ça facilement en effet. C'est drôle mais je suis certaine que je serais morte plus de dix fois si un regard pouvait tuer. Je sais qu'il est énervé, la preuve il se dégage rapidement et m'emmène derrière un arbre. J'ai envie de lui dire que je ne suis pas un enfant, que ce n'est pas la peine de me tirer comme ça. Et en plus il serre cet idiot. Je crois qu'on va finir par seulement se parler avec les yeux, je comprends ce qu'il veut me dire. Et là c'est a mon tour de lancer un regard noir. Oh oui a mon avis on sortira pas tous les deux indemnes. Je vais finir par le frapper. Oh et voilà un deuxième regard...Ça en est trop. Mon coup part tout seul. Je suis désolée pour lui...Enfin non, pas du tout. Il l'a bien mérité, mais je suis étonnée. Je ne pensais pas que j'allais le faire. Pauvre Lavann... «Oups.» Et voilà lieutenant, on ne fait que parler avec les regards. Mais je retrouve vite mon sens froid, refusant d'accorder une grande importance a la tête de Ciel. Quoique je mime un « Désolée, mais tu me gonflais.» Mais non je ne sais pas trop quoi faire. Allez voir les X-mens et leur parler? Le faire léviter au fur et a mesure et le faire arriver jusqu'à la ville la plus proche? Bon ça j'oublie...ça servira a rien. Alors que je suis entrain de réfléchir, un bruit de feuilles s'élève près de nous. Automatiquement je me glisse encore plus prêt du tronc d'arbre, attrapant le lieutenant aussi. On a pas l'air malin comme ça.

_________________

'Cause we could be Immortals, Immortals!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 06/07/2015
Localisation : Sur le toit


MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   Lun 27 Juil - 18:31

Lazuli Dekka Ellison me frappe. Je vais faire quelque chose qui va vous étonner. Je vais ignorer ça. Genre tout simplement, sans un mot. Je m'aperçois qu'elle n'a pas vraiment de solution à proposer, mon regard dérive vers les X-MENS... Ils se sont déplacés, il n'y a plus moyen que je fasse demi tour... Quand soudain, un bruit nous alerte et nous voilà la seconde d'après, serré contre l'arbre. Je croise le regard de la rouge. Effectivement, on a pas l'air malin comme ça...
Mon regard se dirige vers la source du bruit. Ça bouge de plus en plus. Quelque chose arrive sur nous. Je me redresse et sort mon arme. Le cliquetis du chargeur se fait entendre dans ce silence pesant. Mais quelque chose me dit qu'il vaut mieux attendre de voir ce que c'est plutôt que de tirer sur tout ce qui bouge. J'attends. J'attends. J'attends encore. Et je vous avoue quand dans cette situation, ma patience ne fais pas des miracles. Quand 'ça' finis par apparaître.
Un Valshe sort des buissons. Les cheveux en pagailles, pleins de feuilles et branchages, le visage écorché par des ronces, l'air de revenir d'une bataille avec le peuple de la forêt, mais il est là. Je le toise de haut en bas, tandis que lui attends que je baisse mon arme. Je finis par le faire après avoir été sûr que c'est lui. La volonté de ce mutant m'impressionne, mais ça je ne l'admettrai jamais. Valshe fusille Dekka du regard et s'approche à grand pas pour me tirer par le bras vers les buissons. Je rêve ou il me prend comme si j'étais la dernière peluche que les gamins de sa classe de maternelle lui aurai piqué ? Et, oui, il réussis à me tirer. C'est que c'est un Lavann ce mec, malgré ses abords de gamin abrutit moi je sais ce qu'il s'y cache en dessous. Je lance un regard à Lazuli pour lui dire que c'est terminé et me laisse entraîner par mon frère dans les buissons.
Une fois bien éloigné, je marche tranquillement sur la route poussant un soupir de fatigue. La Ellison m'a bien crevé. Je m'allume une cigarette et mon frère entoure mes épaules de son bras, « Dit donc frangin, j'vais t'apprendre à couper le micro en pleine mission moi ! » Je tourne mon regard vers lui, le sourire au lèvres, « Ah oui ? » Peut-être que je l'aime bien dans le fond ce petit frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pauvre guitare...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pauvre guitare...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?
» Chavez traite Obama de « pauvre ignorant »
» Pourquoi les Haitiens forment-ils la classe la plus pauvre au Québec???
» Guitare Snaker THE Guitare Master !
» Une pauvre petite SDF en Lorraine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wake Up Heroes :: Starbucks Coffee :: Plongeons dans le passé...-
Sauter vers: